La vie éternelle des mégabanques américaines

Il y a peu de chances pour qu’un soldat qui tombe frappé d’une balle aux avant-postes éprouve, dans le sentiment du devoir rempli, une somme de jouissance équivalente au bonheur d’une vie entière.Un robot guide touristique de musée.La reconnaissance d’un objet présent se fait par des mouvements quand elle procède de l’objet, par des représentations quand elle émane du sujet.Dans un second temps, les règles prudentielles ont été renforcées avec pour objectif d’améliorer la solvabilité des banques et des compagnies d’assurances.Souffrir et produire, c’est sentir en soi une puissance nouvelle éveillée par la douleur ; on est comme l’Aurore sculptée par Michel-Ange, qui, ouvrant ses yeux en pleurs, ne semble voir la lumière qu’à travers ses larmes : oui, mais cette lumière des tristes jours est encore la lumière, elle vaut la peine d’être regardée.La première forme de la religion avait été infra-intellectuelle ; nous en savons la raison.L’enjeu est énorme car plus de 300 millions de personnes vont migrer vers les villes d’ici 2030.On pourrait croire que nous vivons dans une ère post-bulle depuis l’effondrement en 2006 de la bulle immobilière la plus importante jamais connue au monde et depuis la fin d’une grande bulle mondiale du marché boursier l’année suivante.Ceux qui l’exécutent n’ont peut-être pas lu Pascal, mais ils ne font, à coup sûr, qu’aller jusqu’au bout d’une idée que le texte de Pascal suggère.Nous nous complétons bien », détaille Arnaud de Lummen.En 2000, avec 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires, Sara Lee était en effet deux fois plus gros que Procter & Gamble.