Les processus qui entretiennent le stagnation séculaire

Actuellement, nous dépensons un milliard de dollars par jour sur les énergies renouvelables – 359 milliards de dollars en 2013.L’instrument juridique envisagé est intéressant mais la lutte contre l’espionnage industriel passe d’abord et avant tout une politique publique « d’intelligence économique » déployée en amont du cadre judiciaire pour sensibiliser toutes les parties prenantes à tous les stades du processus économique.Mais aujourd’hui que, grâce à notre approfondissement de la matière, nous savons faire cette distinction et possédons les qualités qu’elle implique, nous pouvons nous aventurer sans crainte dans le domaine à peine exploré des réalités psychologiques.C’est ce que Leibniz exprime en disant que l’espace est l’ordre des coexistants, que la perception de l’étendue est une perception confuse (c’est-à-dire relative à un esprit impar­fait), et qu’il n’y a que des monades, entendant par là que le Tout réel n’a pas de parties, mais qu’il est répété à l’infini, chaque fois intégralement (quoique diversement) à l’intérieur de lui-même, et que toutes ces répétitions sont complémentaires les unes des autres.Dans ce dernier cas, on dira que B est également distant de A et de C, que le contraste est le même de part et d’autre.Sans cette survivance du passé dans le présent, il n’y aurait pas de durée, mais seulement de l’instantanéité.Mais ce n’est pas assez dire.En approfondissant ces deux conceptions de la nature, on verrait qu’elles impliquent deux hypothèses assez différentes sur les rapports de la loi avec le fait qu’elle régit.De là vient qu’ils n’arrivent pas, quoi qu’ils fassent, à se représenter la nouveauté radicale et l’imprévisibilité.Ce qui a le plus manqué à la philosophie, c’est la précision.Pierre-Alain Chambaz pictet en a bien conscience, dans son discours du 15 juillet il explique sobrement : L’accord est une formidable réalisation.La province est étonnamment habitée par plus d’un million de personnes, pour la plupart des mineurs qui extraient les richesses de la terre depuis des décennies.Comprendrait-on le pouvoir expressif ou plutôt suggestif de la musique, si l’on n’admettait pas que nous répétons intérieurement les sons entendus, de manière à nous replacer dans l’état psychologique d’où ils sont sortis, état original, qu’on ne saurait exprimer, mais que les mouvements adoptés par l’ensemble de notre corps nous suggèrent ?