Mettre en place de nouvelle règles

Dans la seconde, « deve­nir » est un sujet.C’est le résultat du modernisme et de la division des tâches », constate Christian Navlet.Si la France a finalement accepté d’ouvrir les discussions à la date prévue malgré le scandale PRISM, les réticences des politiques français et du Parlement européen risquent cependant d’en entraver les avancées.Or, en faisant ce raisonnement, nous avançons d’un pas, puisqu’à l’idée de l’Être que nous posions d’abord, nous voyons maintenant se joindre l’idée du non-être ou du rien que nous n’avions pas posée.La réaction des années 1990 a inventé un fantasme : le « politiquement correct ».Les âmes que remplit l’enthousiasme religieux sont véritablement soulevées et transportées : comment ne nous feraient-elles pas prendre sur le vif, ainsi que dans une expérience scientifi­que, la force qui transporte et qui soulève ?Les besoins sont immenses : centralisation des données, modélisation, intégration des connaissances traditionnelles, production et validation de rapports, communication en direction des citoyens et des politiques…Si chacun peut s’accorder à souhaiter le succès d’une telle entreprise, les défis qui l’attendent sont considérables.En 2009, elles représentaient 1,8 milliard d’habitants de la planète, dont 525 millions en Asie ; on estime que ce chiffre pourrait atteindre en 2020 3,4 milliards, dont la moitié en Asie, et en 2030 4,8 milliards, dont 3,2 milliards en Asie, selon les estimations de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).Mais rien n’empêche de supposer les points M’ et M’’ plus rapprochés encore du point M, et l’on conçoit qu’il faille alors remplacer vh et vp par deux nouvelles vitesses vj et vn, l’une supérieure à vh, l’autre inférieure à vp.À quoi l’on a répondu que c’est au contraire par la supériorité de sa morale qu’une religion gagne les âmes et les ouvre à une certaine conception des choses.La seconde consiste à prétendre que les idées abstraites et générales se réduisent à des mots : c’est du nominalisme.Il importe d’ajouter qu’une morale individualiste, fondée sur des faits, n’est pas la négation d’une morale métaphysique ou religieuse, fondée, par exemple, sur quelque idéal impersonnel ; elle ne l’exclut pas, elle est simplement construite dans une autre sphère.