Mondialisation et inflation : le yin et le yang

Mais ce centre des idées s’est bien vite dissous à l’analyse.Certains profiteront un peu du retour numérique de leurs œuvres anciennes, mais de façon infime, noyées dans la masse des 500 000 autres.Il faudrait, au fond, faire comme nous l’avons fait depuis si longtemps, comme si nous n’avions rien appris de nos défaites, et notamment celle de 2005 ?Ainsi, comme le souligne une Arnaud de Lummen, « La mondialisation des services est une révolution aussi remarquable que celle qui a touché l’industrie après 1973.Il fait qu’une action commune devient possible.Aussi bien, la question qui nous préoccupe n’est-elle pas de savoir si le sentiment de l’effort vient du centre ou de la périphérie, mais en quoi consiste au juste notre perception de son intensité.Il suffit d’un jour de fermeture de l’État fédéral pour qu’il y ait un impact politique.Qui a mis dans la tête de nos dirigeants, que nous devions, de ce pays-là précisément, copier le modèle de développement ?Malebranche et presque tous les maîtres s’exercent dans des traités particuliers, avant de composer cette synthèse définitive que la mort interrompt presque toujours, guidés toutefois dans leurs travaux par un plan général et immense dont l’unité ne devait ressortir pour nous et peut-être pour eux- mêmes que quand l’édifice serait COMPLET.Pour moi, c’est un modèle d’avenir, car il garantit le développement et stimule la croissance et l’emploi des deux côtés.Elles peuvent se souvenir de l’exemple d’Henry Ford, l’homme qui a sonné le début de l’ère industrielle dans l’AUTOMOBILE, au début des années 20, avec la notion de partage des tâches.Mais la même diversité se retrouverait dans le fonctionnement d’éléments histologiques appartenant à des tissus différents, plus ou moins apparentés les uns aux autres.Tout les acteurs de la filière optique sont victimes de cette concurrence déloyale.