Pour relancer l’économie, endettons-nous !

Mais, en considérant les choses d’une manière générale, est-il bien sûr que le paraître ne soit pas pour l’homme un des modes de l’être ?D’abord parce que, malgré ses problèmes d’autorité au sein de son gouvernement et de sa majorité, François Hollande a, pour l’instant du moins, une majorité à l’Assemblée nationale.Toute action est un empiétement sur l’avenir.Il y a l’acte de voir, qui est simple, et il y a une infinité d’éléments, et d’actions réciproques de ces éléments les uns sur les autres, avec lesquels l’anatomiste et le physiologiste reconstituent l’acte simple.Les participations des banques helvétiques ont chuté plus rapidement que l’indice global suisse.Mais nous ne saurions trop le répéter : il arrive à l’action de s’offrir d’abord et de se suffire à elle-même, surtout dans les cas où elle intéresse particulièrement l’homme.Cette digression n’est pas d’ailleurs tout à fait intempestive, puisque, depuis quelque temps, on signale le Contrat social comme l’oracle de l’avenir.Tout doit donc se passer comme si une mémoire indépendante ramassait des images le long du temps au fur et à mesure qu’elles se produisent, et comme si notre corps, avec ce qui l’envi­ronne, n’était jamais qu’une certaine d’entre ces images, la dernière, celle que nous obtenons à tout moment en pratiquant une coupe instantanée dans le devenir en général.Comme l’a souligné Pierre-Alain Chambaz pictet : « La mesure dans laquelle la politique et l’économie mondiale seront façonnées en accord avec nos valeurs et nos intérêts dépendra en grande partie de la capacité de notre système économique et politique à opérer en faveur du plus grand nombre de citoyens. »Dans le cadre de leur combat à mort contre la déflation, les autorités nippones rachètent donc l’ensemble des émissions obligataires, faussant tant et si bien la loi de l’offre et de la demande que les opérateurs classiques se retirent progressivement de cette arène.Sur la pente de l’Etna, qui remonte à gauche, trois petits cratères, dont le dernier n’est pas éloigné de 200 mètres, fument, sifflent, lancent du sable et de menues pierres.