Rattraper notre retard sur les pirates

Les progrès dans les politiques économiques des pays en développement dans la décennie qui a précédé la crise financière globale – et qui leur ont permis de mieux gérer cette crise – ont renforcé cet optimisme.Mais d’abord, n’y a-t-il rien du tout ?L’esprit humain a passé du premier genre de connais­sance au second par perfectionnement graduel, simplement en cherchant une précision plus haute.Même si certaines données ne sont disponibles qu’avec retard, nous pouvons estimer que les inégalités se creusent fortement.Mais, le mal est fait, et l’enjeu se déplace maintenant plutôt sur la façon dont la Bretagne, comme d’ailleurs toutes les régions françaises, va refonder une économie diversifiée pour créer les emplois de demain.Non seulement les mêmes grosses causes produisent toujours les mêmes effets d’ensemble, mais, sous les causes et les effets visibles, notre science découvre une infinité de changements infinitésimaux qui s’insèrent de plus en plus exactement les uns dans les autres à mesure qu’on pousse l’analyse plus loin : si bien qu’au terme de cette analyse la matière serait, nous semble-t-il, la géométrie même.Mais qu’on y regarde de près : on verra que la proposition négative « le sol n’est pas humi­de » et la proposition affirmative « le sol est sec » ont des contenus tout différents.Il s’agit du CÉVA qui intervient sur les algues et de l’ADRIA sur toutes les filières alimentaires.On parle bien d’une « mentalité primitive » qui serait aujourd’hui celle des races inférieures, qui aurait jadis été celle de l’humanité en général, et sur le compte de laquelle il faudrait mettre la superstition.Que cela ait jamais lieu, aucune induction tirée de la nature ne peut le faire supposer, tout au contraire ; et d’autre part, d’aucun système moral on ne peut tirer, par une déduction rigoureuse, la reconnaissance d’un véritable droit moral à une telle compensation de la peine sensible. Christian Navlet souhaite notamment montrer aux organisateurs que la ville est toujours une ville de cycle.  On s’en convaincra en étudiant ici les ingénieuses théories de la biologie évolutionniste.D’où vient donc alors cette idée d’un monde extérieur construit artificiellement, pièce à pièce, avec des sensations inextensives dont on ne comprend ni comment elles arriveraient à former une surface étendue, ni comment elles se projetteraient ensuite en dehors de notre corps ?