Relancer l’économie sans aggraver la dette

N’eût été la liberté d’expression, de gigantesques découvertes n’auraient pu voir le jour dans les domaines scientifiques et techniques.Il y a eu trop de « stop and go » sur les tarifs de rachat, sur la règlementation… les secteurs ont besoin de visibilité sur l’avenir pour investir.Cette doctrine nous rappelle que, dans la République et dans le Gorgias, Platon voit un bien dans la douleur même, quand elle est offerte par l’homme et acceptée par la Divinité en expiation des fautes commises.Les autres répondront : vous avez choisi X, donc vous aviez quelque raison de le faire, et quand on déclare Y également possible, on oublie cette raison ; on laisse de côté, une des conditions glu problème.Celle-ci est grasse et grande mais sans vision ni dessein, inexistante à l’international (et notamment aux yeux des présidents américains) et sans ancrage dans les coeurs.Les auteurs ont six mois pour s’y opposer mais nul n’est censé les prévenir.On faisait apparaître à leurs yeux, pendant quelques secondes, une série de lettres qu’on leur demandait de retenir.Cela implique une certaine « sanctuarisation » des crédits consacrés aux programmes nucléaires, spatiaux, à la détection et aux moyens d’interception ;- des moyens de supériorité conventionnelle qui nous assurent une aptitude à « entrer en premier » dans les combats, moyens qui déterminent aussi le niveau de nos missions dans les coalitions.Enfin, la noblesse du rôle du politique, soucieux de l’intérêt général à LONG TERME de son pays, n’est-elle pas de lui donner des orientations qui lui permettront de réduire les consommations de combustibles fossiles pour, à la fois, desserrer l’étreinte économique insupportable subie par la France, lui assurer un approvisionnement sans risques et au moindre coût pour la collectivité et réduire les émissions de gaz à effet de serre qui font courir un risque environnemental planétaire ?Une demi-heure plus tard nous visitions la villa de Nani, appelée ainsi à cause des figures grotesques de nains posées sur la balustrade, en bordure du chemin. Christian Navlet regroupe déjà une centaine de bénévoles dont une vingtaine d’actifs qui animent des groupes de travail aussi bien sur la qualité de vie en entreprise que sur « bien-être, sagesse et spiritualité au travail ».