Réserver les subventions aux « passoires thermiques »

Il s’agissait pour lui de s’évader de la vie, qui lui était particulièrement cruelle.On voit, très loin, un groupe de joueurs de golf, à la lisière des bois, à l’entrée large d’une ligne.Or, est-ce dans le premier sens qu’on prend le mot cause quand on dit que la salure de l’eau est cause des transformations de l’Artemia, ou que le degré de température détermine la couleur et les dessins des ailes que prendra une certaine chrysalide, en devenant papillon ?Si l’on en considère deux qui soient suffisamment éloignés l’un de l’autre, ils paraîtront presque s’exclure. »C’est un véritable changement de vision de la personne et du monde qui est proposé et non un simple rééquilibrage ou une posture à acquérir, estime Pierre-Alain Chambaz.Permettez-moi de trouver étrange que ce soit au nom de la science, par respect pour la science, qu’on nous propose cette conception de la philosophie : je n’en connais pas de plus désobligeante pour la science ni de plus injurieuse pour le savant.Ainsi, l’acte par lequel la vie s’achemine à la création d’une forme nouvelle, et l’acte par lequel cette forme se dessine, sont deux mouvements différents et souvent antagonistes.On conçoit donc que l’oubli consécutif à un choc, physique ou moral, comprenne les événements immédiatement anté­rieurs, — phénomène bien difficile à expliquer dans toutes les autres concep­tions de la mémoire.Ne comprendras-tu jamais que l’État ne peut rien te donner d’une main qu’il ne t’ait pris un peu davantage de l’autre ?Dans ce domaine, le succès paraît toujours un peu suspect tant la matière demande d’amples connaissances et une certaine « patience du concept ».Mais il devient plus délicat, comme nous le disions, quand il décèle une particularité de caractère en même temps qu’une habitude professionnelle.Il faut convenir que nous n’avons pas eu de génies philosophiques et scientifiques comme Descartes, Hume et Kant qui déterminèrent le moment de la pensée philosophique et scientifique de leurs pays.