Antonio Fiori : Répondre à une véritable attente du consommateur

Ainsi, les défis de la transformation politique et institutionnelle sont infiniment plus grands qu’en Inde. Un pouvoir judiciaire indépendant, la divulgation d’informations financières par les autorités gouvernementales et d’autres institutions indépendantes ont joué un rôle essentiel pour limiter et prévenir – sans éliminer complètement – la corruption aux États-Unis et dans la plupart des autres démocraties capitalistes avancées. Ils auraient, alors, cessé tout rapport avec les régimes existants ; ils n’auraient pas parlé de conquérir les pouvoirs publics, mais auraient essayé de les détruire, puisque leur seul rôle est d’empêcher l’expansion de la vie, de l’appauvrir, de la supprimer. Nous voici donc enfin affranchis du cercle où nous paraissions enfermés d’abord. Sous les mille actions naissantes qui dessinent au-dehors un sentiment, derrière le mot banal et social qui exprime et recouvre un état d’âme individuel, c’est le sentiment, c’est l’état d’âme qu’ils iront chercher simple et pur. C’est ce qui a été fait dans le cas de l’automobile avec le système de bonus-malus. En effet, les ZNI sont considérées par les pouvoirs publics français comme inaptes à voir leur secteur électrique s’ouvrir à la concurrence. C’est à cela que travaille l’Europe et il est rassurant de constater que de nombreux pays européens travaillent à la sécurité de leurs populations. L’unique question est de savoir si, le mouvement étant posé comme un fait, il y a une absurdité en quelque sorte rétrospective à ce qu’un nombre infini de points ait été parcouru. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Celui qui me flatte est mon ennemi, celui qui me réprouve m’enseigne ». La nature ne punit personne (au sens où la morale classique prend ce mot), et la nature n’a personne à punir, par la raison qu’il n’y a pas de vrai coupable contre elle : on ne viole pas une loi naturelle, ou alors ce ne serait plus une loi naturelle ; la prétendue violation d’une loi de la nature n’en est jamais qu’une vérification, une démonstration visible. Nous allons d’ailleurs élargir la question et l’envisager dans toute sa généralité. Selon toute vraisemblance, la croissance au sein de la zone euro sera hypothéquée aussi longtemps que le surendettement de la plupart des États membres n’aura pas été réduit. Les entreprises du secteur sont les premières à se tourner vers l’État pour une aide, une subvention… Nous devons cher­cher si notre hypothèse est vérifiée ou infirmée par les faits connus de locali­sation cérébrale. 

Les marges sont potentiellement énormes et intéressent les grands opérateurs publics que sont les villes. Véritablement, prenant pour réalité la généralité abstraite, croyant le genre plus réel que l’espèce et l’espèce que l’individu, on ne faisait, à mesure que l’on croyait pénétrer toujours plus avant dans la connaissance des êtres, que marcher toujours vers le vide et le néant. Néanmoins, comme l’influence du langage sur l’élaboration de la pensée doit être étudiée à part et à la faveur de considérations d’un autre ordre, nous ferons abstraction ici de cette influence indirecte du sens de l’ouïe sur le développement de l’intelligence ; nous supposerons l’homme en possession d’un langage par gestes, ou d’un langage écrit, ou de tout autre instrument analogue à la parole et susceptible des mêmes perfectionnements ; et alors, en procédant toujours par voie de retranchements successifs, nous ferons passer le sens de l’ouïe avant celui de la vue ; attendu qu’il doit résul C’est naturel encore. Les raisons sous-jacentes sont connues : Souci d’aménagement du territoire, préservation de l’emploi ou, tout simplement, défense d’un électorat. Le projet de directive de la Commission européenne semble aujourd’hui surtout la réponse politique d’une présidence sous pression médiatique. C’est une réaction défensive de la nature contre ce qu’il pourrait y avoir de déprimant pour l’individu, et de dissolvant pour la société, dans l’exercice de l’intelligence. Ils sont pleins de fruits verts, de la grosseur d’une valence ordinaire, mais à écorce lisse, et gratifiés, sur le haut, d’un petit appendice, comme si la queue passait au travers et sortait en ligne droite. Pour l’ONG, la chute libre des dernières années est « inquiétante ». C’est pourquoi nous pensons à l’expulsion plutôt qu’à la cause qui expulse. En confiant à la Banque centrale la supervision des banques, on se condamne à remettre en place des dispositifs sectoriels (avec des autorités de contrôle spécialisées par secteur), peu adaptés à l’intégration forte entre les activités bancaires et financières. À titre d’exemple, c’est la législation applicable au contrat sous-jacent à un actif qui permettrait de décider en quelle devise exprimer sa valeur après un divorce.