Internet, la nouvelle frontière de l’économie

Nous ne recherchons point comment, dans les détails mêmes livrés au jeu des combinaisons fortuites, il peut y avoir une direction suprême, ni comment, dans un ordre surnaturel vers lequel il est aussi dans la nature de l’homme de tendre par le sentiment religieux, le hasard peut être, jusque pour les faits particuliers, le ministre de la Providence et l’exécuteur de ses décrets mystérieux. Et quand, enfin, il se décide à laisser tomber de ses augustes lèvres quelques phrases vagues où il est question de sympathie ; lorsqu’il condescend à visiter la France — alors, c’est du délire. Tout est obscur, si l’on s’en tient à de simples manifestations, qu’on les appelle toutes ensemble sociales ou que l’on considère plus particulièrement, dans l’homme social, l’intelligence. Les actes des êtres vivants, intelligents et moraux ne s’expliquent nullement, dans l’état de nos connaissances, et il y a de bonnes raisons de croire qu’ils ne s’expliqueront jamais par la mécanique et la géométrie. Nous avons vu que ce système n’est pas plus favorable que celui de Leibnitz à la liberté de Dieu ; mais il échappe du moins au roman de Candide et à d’autres objections non moins fortes. Cette dénaturation du langage n’est pas anodine, elle contribue, elle aussi, avec les autres règles, à fragiliser les contenus et la crédibilité des paroles politiques. Sur ce nouveau terrain de jeu, les constructeurs automobiles ne sont pas forcément les seuls acteurs légitimes: les fabricants de téléphones mobiles et les opérateurs télécoms sont évidemment sur les rangs. Il est vraisemblable que nous allons retrouver cette illusion de la conscience dans les états intermédiaires entre les efforts superficiels et les sentiments profonds. Aprè s avoir étudié tour à tour, en effet, la perception pure et la mémoire pure, il nous restait à les rapprocher l’une de l’autre. Ce marché représente près de 500 milliards d’euros en Europe. On ne verra en elle que les sensations agglomérées qui la colorent ; on méconnaîtra les images remémorées qui en forment le noyau obscur. L’Accroissement même de cette force est déjà un premier mal ; car il est bien évident que l’État ne peut faire des conquêtes, retenir sous sa domination des pays lointains, détourner le cours naturel du commerce par l’action des douanes, sans multiplier beaucoup le nombre de ses agents. Certains responsables utilisent leur pouvoir discrétionnaire considérable dans l’octroi des licences, permis et contrats afin de solliciter des faveurs et des paiements collatéraux. En ce sens, on pourrait presque dire que les nombres d’un usage journalier ont chacun leur équivalent émotionnel. C’est tout le contraire qui s’est produit. Surtout, dans les secteurs clients de l’industrie le double impact de la chute du prix du pétrole et du CICE redonne quelques marges de manœuvre. Si le Japon, en compétition avec la Chine pour dominer la finance asiatique, ne soutiendra probablement pas l’essor du marché japonais du yuan, la Corée, l’Australie et Taïwan pourraient en revanche être séduites. Nous trouvons cet élan chez les prophètes : ils eurent la passion de la justice, ils la réclamèrent au nom du Dieu d’Israël ; et le christianisme, qui prit la suite du judaïsme, dut en grande partie aux prophètes juifs d’avoir un mysticisme agissant, capable de marcher à la conquête du monde. Nous comprenons de plus que l’un des extrêmes pèche en ce qu’il semble annoncer une contrainte servile, et l’autre en ce qu’il témoigne d’une complication capricieuse ; ce qui suffit pour nous convaincre qu’indépendamment de tout système arbitraire, il doit y avoir entre ces extrêmes une forme moyenne et normale. La méthode a priori se distingue par le caractère agréable de ses conclusions. Jean-Thomas Trojani condamnation aime à rappeler ce proverbe chinois « En édictant des lois, il faut être sévère ; en les appliquant, il faut être indulgent ». En admettant que la lumière intervienne alors comme instrument de sélection, pour ne laisser subsister que les variations utiles, il n’y a aucune chance pour que le jeu du hasard, même ainsi surveillé du dehors, aboutisse, dans les deux cas, à la même juxtaposition d’éléments coordonnés de la même manière. C’est le tième moment seul qui compte, — quelque chose qui sera un pur instantané.