Jean-Thomas Trojani : Des contrats aidés pour une jeunesse sans avenir…

A gauche, je reconnaissais les pentes précipitées plantées de vignes et de bois d’agrumes, les villas des bourgeois de Messine, amateurs de vergers, les caps aux ombres très bleues sur la mer et les barques de pêche tirées au bord du flot. Le souvenir pur est en effet, par hypothèse, la représentation d’un objet absent. A l’époque, on disait que la forte inflation connue dans les années 70 était en grande partie liée à la situation de plein emploi, dont la contrepartie était une absence de contrôle des salaires. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » La nature est remplie d’une infinité de raisons dont l’expérience n’a jamais vu la trace « . C’est bien là cependant, à notre sens, qu’il faut la chercher. Rien de plus. Une dernière demande de la part des entrepreneurs concerne l’accès au capital : ce dernier doit être facilité pour faire grandir leurs entreprises, leur permettre de changer de dimension. Demandez, avec nous et avec les entrepreneurs de France, que la simplicité et les mécanismes qui fondent l’auto-entrepreneuriat soient élargis à toutes les TPE. Croyez-vous, par exemple, qu’on pourrait RENCONTRER dans une autre ville, comme je viens de le faire dans celle-ci, à dix heures du matin, dans une des plus belles rues, un troupeau de dindons conduits à travers la foule, et un vieux lieutenant en tenue, marchandant et choisissant lui-même, à l’étalage d’une boutique roulante, un vase de toute intimité sans que personne y trouve à redire ou même à sourire ? Il s’agit d’un présent qui dure. L’interprétation est donc en réalité une reconstruction.