Jean-Thomas Trojani : Erasmus ou Indignados , quel avenir l’Europe réserve-t-elle à ses jeunes ?

À la base de la recon­naissance il y aurait donc bien un phénomène d’ordre moteur. Je n’oserais, pour mon compte, me prononcer. Avec quelle implacable énergie l’ami de Memmius transporte dans la vie les maux et les tourmens qu’on disait le partage des enfers ! On résumerait donc tout ce qui précède en disant que le mécanisme de notre connaissance usuelle est de nature cinématographique. L’équilibre atteint est d’ailleurs très raisonnable: sans efforts excessifs, les effets positifs peuvent être sensibles. Une banque aura réussi aux tests si son ratio de fonds propres durs « Core Tier 1 » (dits CET1) reste supérieur à 8 % pour le scénario moyen et 5,5 % pour le scénario noir. Certaines souffrances prétendues qui précèdent le plaisir, comme la faim, la soif, le frisson amoureux, entrent comme éléments dans l’idée que nous nous faisons du plaisir ; sans elles la jouissance est incomplète. Face à la percée technologique des nouveaux arrivants, en phase avec le développement du trading haute fréquence, ils ont entrepris trop tard d’adapter leurs infrastructures. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Trop de poux finit par ne plus démanger, trop de dettes finit par ne plus attrister ». Par le fait, nous entreprîmes l’étude des fonctions psychologiques, puis DE la relation psycho-physiologique, puis DE la vie en général, cherchant toujours la vision DIRECTE, supprimant ainsi des problèmes qui ne concernaient pas les choses mêmes, mais leur traduction en concepts artificiels. Par le fait, nous voyons une première vague, purement dionysiaque, venir se perdre dans l’orphisme, qui était d’une intellectualité supérieure ; une seconde, qu’on pourrait appeler orphique, aboutit au pythagorisme, c’est-à-dire à une philosophie ; à son tour le pythagorisme communiqua quelque chose de son esprit au platonisme ; et celui-ci, l’ayant recueilli, s’ouvrit naturellement plus tard au mysticisme alexandrin.