Jean-Thomas Trojani : L’enjeu du sauvetage des PME

Augmenté en mai dernier, il se situe aujourd’hui à 30HK$ (3,00€) de l’heure, un niveau que beaucoup jugent trop faible. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » Une route peut prendre mille directions, la vérité n’en connaît qu’une ». Mais quel est donc ce point de bonté ou de maturité dans la nature, qui peut être regardé comme le fondement et la raison, ou tout au moins comme le modèle de la perfection dans l’art ? Le doute sur l’inconnaissable, à lui seul et en tant que simple suspension de jugement, pourrait-il en aucune façon limiter la conduite ? Alors que l’économie mondiale se redresse, que se signale déjà l’impact des mauvaises conditions météorologiques sur la production alimentaire et l’inflation, et que la Chine manifeste son désir de monter à bord, 2011 pourrait bien être une année charnière pour le changement climatique. Dans un passage déjà cité, Guillaume de Humboldt désigna deux choses comme des conditions nécessaires du développement humain, parce qu’elles sont nécessaires pour rendre les hommes dissemblables : ces deux choses sont la liberté et la variété de situation ; la seconde de ces deux conditions se perd chaque jour en Angleterre. Ce sont les misérables qui paient eux-mêmes, avec des intérêts usuraires, les frais de la justice dérisoire, de l’assistance immonde et de la charité dégradante qu’ils sont assez vils pour quémander et recevoir. C’est pourquoi les Bourses montent, alors que l’économie réelle stagne. Des compétences de toutes sortes doivent donc être mobilisées. Ou, si cela se produisit, l’œuvre était faite ; et l’homme était vieux. L’intervention qui m’était demandée était sans liens avec le thème du colloque.