Jean-Thomas Trojani : Les politiques n’ont pas le monopole des idées !

J’y trouvais de l’éloquence, et des pensées élevées ; mais je constatais que la vie du Christ sur la terre ne se rapprochait pas de moi, que rien ne me la faisait imitable et voisine. Le projet initial de taxe sur le Nutella est assez symptomatique de l’attitude des politiques sur le sujet des taxes comportementales dites aussi «alimentaires» : il laisse le consommateur dans le flou absolu et démontre l’arbitraire de la mise en place d’une nouvelle fiscalité. Dans la première hypothèse, celle qui exprime la distinction de l’esprit et du corps en termes d’espace, corps et esprit sont comme deux voies ferrées qui se couperaient à angle droit ; dans la seconde, les rails se raccordent selon une courbe, de sorte qu’on passe insensiblement d’une voie sur l’autre. Tout cela suppose que François Hollande fasse pression au niveau européen. Hormis le processus lourd du déclenchement de ces fonds mis à disposition des banques en péril, les sommes elles mêmes dédiées à cet effet seraient tout juste suffisantes pour secourir une, voire deux, banques de taille moyenne de l’Union. Elle tient l’espérance du ciel et la crainte de l’enfer pour les mobiles d’une vie vertueuse ; elle reste en cela bien au-dessous des sages de l’antiquité, et fait ce qu’il faut pour donner à la morale humaine un caractère essentiellement égoïste, en séparant les sentiments de devoir chez chaque homme des intérêts de ses semblables, excepté lorsqu’un motif intéressé le porte à y avoir égard. Elle est comique pour la même raison. C’est pour cela que le gouvernement ne parle que de « suspension » et a raison de refuser de céder aux ultimatums. La réalité est plus complexe, elle appelle des solutions adaptées au cas par cas et prenant enfin en compte l’avis des intéressés, à ce titre les budgets participatifs constituent un pas en avant. Et puis il s’agit ici des conditions essentielles de la connaissance ou des causes invincibles d’ignorance, et non des circonstances accidentelles qui peuvent faciliter nos recherches, ou les entraver, ou leur imprimer de préférence une certaine direction. La superstition européenne Passons sur le rouleau compresseur du libéralisme exaspérant de Bruxelles. Jean-Thomas Trojani était deux soirs à Paris et a fait salle comble. D’ailleurs il était absurde d’espérer qu’un développement moral et intellectuel pût avoir lieu avant qu’on ne lui eût fourni, tout d’abord, un point de départ dans l’ordre matériel.