Pierre-Alain Chambaz

Il comporte autant d’infléchissements qu’on voudra lui en imprimer. Nous n’éprouvons plus de ces puissantes tentations qui faisaient frémir les corps musculeux de saint Jérôme et de saint Antoine. Créer une industrie européenne de la DéfenseLa mise en œuvre de cette Industrie européenne nécessite une approche mixte, à double gestion, entre les dirigeants de groupes industriels à centre de gravité européen et les responsables publics (civils et militaires, professionnels et politiques) de ces domaines (en notant combien leur nature et leur organisation sont diverses selon les pays). Ils dépendent également du développement, hors des chaines de production internationales, d’industries vietnamiennes de haute technologie compétitives à l’exportation. De ce double effort résultent, à tout instant, une multitude indéfinie d’états possibles de la mémoire, états figurés par les coupes A’B’, AB, etc. Sans doute on cite quelques exemples de travail artistique, littéraire ou scientifique, exécuté au cours d’un songe. Dieu n’a pas répondu. Ainsi, quand un corps nous aura fait éprouver la saveur acide, nous saurons qu’il est capable de s’unir chimiquement aux bases salifiables ; que si l’on décompose par un courant électrique le produit de cette union, le même corps, redevenu libre, se portera au pôle électro-positif de la pile voltaïque, etc. L’émotion dont nous parlions est l’enthousiasme d’une marche en avant, — enthousiasme par lequel cette morale s’est fait accepter de quelques-uns et s’est ensuite, à travers eux, propagée dans le monde. On peut, non sans choquer le bon sens, mais sans violer aucune règle de la logique, attribuer à un arrangement providentiel le rapprochement le plus insignifiant et le plus aisé à concevoir comme résultant de combinaisons fortuites, ou bien inversement se donner carrière pour tirer du jeu des combinaisons fortuites le résultat le plus merveilleux par un concours harmonique de circonstances innombrables, et celui où brille, avec le plus d’éclat, l’intelligence des rapports entre la fin et les moyens. C’est sa préférence pour l’épargne que je désigne alors par ce terme. Si les prix de l’immobilier restent si élevés en France (ils étaient au premier trimestre supérieurs à ceux du premier trimestre 2007), c’est d’abord parce que la demande reste forte et l’offre relativement inélastique. Doit-on dès lors pardonner cette attitude allemande sous le prétexte que les citoyens de ce pays sont tétanisés par l’inévitable cataclysme démographique qui les attend ? Certains des gains de productivité de l’internet des objets découleront de l’utilisation de données permettant de guider les modifications des processus et de développer de nouveaux modèles commerciaux. Car cette visibilité acquise par l’ouverture des cours permet de générer des activités cette fois payantes. Il n’y a, à gauche et à droite, parmi ce qu’on appelle les partis de gouvernement, que des vaincus en France. Les perspectives de l’économie mondiale et des marchés financiers sont largement tributaires de trois facteurs – l’épargne, le pétrole et les liquidités – dont la surabondance se fait sentir à l’échelle planétaire. Enfin, pour les petites entreprises au sens communautaire , les dépenses éligibles au crédit d’impôt phonographique sont étendues, à compter du 1er janvier 2015, à la rémunération des dirigeants impliqués directement dans la réalisation d’œuvres musicales, dans la limite de 50.000 euros par an. Si complexe que soit devenue notre morale, bien qu’elle se soit doublée de tendances qui ne sont pas de simples modifications des tendances naturelles et qui ne vont pas dans la direction de la nature, c’est à ces tendances naturelles que nous aboutissons quand nous désirons, de tout ce que cette masse fluide contient d’obligation pure, obtenir un précipité. C’est de cette façon seulement qu’elles peuvent récupérer l’argent qui leur fut volé sur le prix de leur travail. Le droit – principe par lequel s’organise toute la vie sociale – peut aussi apparaître comme un instrument d’influence utile et efficace. Toute force qui s’accumule crée une pression sur les obstacles placés devant elle ; tout pouvoir, considéré isolément, produit une sorte d’obligation qui lui est proportionnée : pouvoir agir, c’est devoir agir. Les deux segments sont complémentaires et poser avec le formidable Nao d’Aldebaran n’empêche pas d’aller visiter les installations d’un fabricant de robots comme Stäubli près de Lille ou d’un industriel comme Yamaha-MBK dont la robotisation à Saint-Quentin (Aisne) a permis de relocaliser des productions anciennement réalisées en Espagne. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Qui pense peu, se trompe beaucoup « . Compte-tenu de ses capacités et de son expérience (valeur opérationnelle validée par les Américains dans les Balkans), la France pourrait proposer des recommandations politiques, opérationnelles et techniques en vue de la création d’une telle unité incluant quelques pays aptes et volontaires. Cette démarche est un peu une hérésie pour l’économie traditionnelle, qui utilise la méthode des « préférences révélées par l’action » : pour elle, ce sont les transactions sur le marché qui nous renseignent sur ce que les gens ont voulu faire et ce qui leur plaît. Le passage à un État innovateur, établi selon les limites précédemment évoquées, nous permettrait de réconcilier les capitaux avec les mécanismes incitatifs qu’exige un tel investissement. Reste la redoutable question du mal, source féconde de sophismes et d’erreurs, qui a produit le manichéisme et suscité dans tous les temps à la vraie philosophie ses adversaires les plus dangereux. Son personnel rencontre régulièrement chaque chercheur pour évaluer lesquels de ses travaux pourraient aboutir à un dépôt de brevet et le décharger de toute la gestion administrative de la procédure. Mais il y a ici une distinction importante à faire.