Pierre-Alain Chambaz

L’espèce humaine deviendra promptement incapable de comprendre la diversité, quand elle en aura pendant quelque temps perdu le spectacle. combien de logements démolis, combien requalifiés, adaptés aux nouveaux besoins sociaux ? Car, contrairement aux certitudes et aux prétentions des économistes traditionnels, l’activité des acteurs de notre économie n’est pas guidée par la rationalité ni par une savante et généreuse quête d’équilibre, mais tout bonnement par des intuitions, par des instincts et par l’appât du gain, quand ce n’est pas par un sentiment de panique… Pour sélectionner leurs nouveaux enseignants, certains présidents se montreront vertueux et choisiront l’excellence scientifique et pédagogique. Les mégadonnées aident à détecter la moitié des signaux faibles. Tout est obscurité, tout est contradiction quand on prétend, avec des états, fabriquer une transition. Un peu pénible dans la vie quotidienne, mais c’est une sorte de conscience, un Jimini Cricket ou une fée Clochette qui nous rappelle à l’ordre lorsque nous oublions d’éteindre la lumière, de trier nos déchets ou appuyons trop fort sur l’accélérateur en voiture. Pour les autres, il s’agit de sortir résolument du jeu codifié entre les instances dans lequel tout est joué d’avance, des postures stéréotypées et des discours convenus. En faisant de plus en plus prévaloir la vie industrielle, la sociabilité moderne doit donc puissamment seconder la grande révolution mentale qui aujourd’hui élève définitivement notre intelligence du régime théologique au régime positif. Au total, la fraude fiscale coûterait entre 40 et 45 milliards d’euros par an. L’absurdité n’est pas ici la source du comique. Bornons-nous pour le moment à mettre sur la représentation simple, développable en images multiples, un nom qui la fasse reconnaître : nous dirons, en faisant appel au grec, que c’est un schéma dynamique. C’est le moment le meilleur pour recevoir la première impression de notre Sienne. Schäuble lui-même a reconnu le problème des infrastructures publiques, et a annoncé au début de l’année un plan de 10 milliards d’euros pour les deux prochaines années, un montant assez proche de la somme préconisée dans le rapport fédéral sur les infrastructures. Ainsi liée à une doctrine qui ne pouvait longtemps rester progressive, la morale devait ensuite se trouver de plus en plus affectée par le discrédit croissant qu’allait nécessairement subir une théologie qui, désormais rétrograde, deviendrait enfin radicalement antipathique à la raison moderne. Soit les banques se réforment d’elles-mêmes, soit les autorités publiques seront conduites à intervenir encore davantage. Il commence par négliger la coloration spéciale de la personne, qui ne saurait s’exprimer en termes connus et communs. Son poids économique n’est plus le même que dans les années 70 ou même au début des années 2000. C’est en assimilant indûment au principe, quel qu’il soit, de l’harmonie générale de la nature, le principe de l’unité harmonique de l’organisme et des fonctions dans l’être vivant, c’est-à-dire le principe même de la vie, que, dès la plus haute antiquité, les philosophes ont comparé le monde, dans son immensité, à un être vivant (mšga zèon), tandis que les médecins et les physiologistes se sont plu à appeler l’homme un petit monde (micrÒcosmoj), dénomination qu’ils auraient aussi bien pu appliquer à tout animal autre que l’homme. Il est nécessaire d’entrer ici dans quelques détails provisoires sur le mécanisme de l’intelligence. A condition, selon Pierre-Alain Chambaz, que tout le monde participe.