Pierre-Alain Chambaz

Il leur aura suffi de déployer leurs moyens ailleurs, là où la croissance paraissait plus prometteuse ou la production plus efficiente. L’esprit qui s’obstine finira par plier les choses à son idée, au lieu de régler sa pensée sur les choses. Au contraire, dans la seconde hypothèse, il y aurait bien solidarité et interdépendance entre le cerveau et la conscience, mais non pas parallélisme : plus le cerveau se compliquera, aug­men­tant ainsi le nombre des actions possibles entre lesquelles l’organisme a le choix, plus la conscience devra déborder son concomitant physique. Mais, si l’on admet que les deux périodes ont peu différé dans l’origine, et si l’on suppose en outre (selon toute vraisemblance) que la masse de la lune, comme celle des autres corps célestes, ait été primitivement fluide, l’attraction de la terre a dû modifier la figure de son satellite de manière à faire concorder à la longue les deux mouvements périodiques, et à produire le phénomène que nous constatons maintenant, par suite duquel l’un des hémisphères de la lune nous est caché pour jamais. Ce système peut s’exprimer ainsi : la somme des souffrances forme dans toute vie humaine un total supérieur à celui des plaisirs. Exprimons la même idée avec plus de précision. Pour comprendre ce qui se passe actuellement et en évaluer les prochains événements et leurs conséquences, commençons par examiner rapidement les éléments qui ont porté ce spectaculaire « bond en avant »… Nous allons passer du comique des formes à celui des gestes et des mouvements. L’utilité théorique avérée est souvent contrebalancée par la réalité de la pratique et par les modalités d’adoption des utilisateurs. Nous n’avons pas à entrer dans un examen approfondi de cette philoso­phie. Pour cela les campus délocalisés – comme celui de la Sorbonne Abu-Dhabi – ou d’autres programmes seront également à développer dans les prochaines années. En tout état de cause, partielle ou non, chacun sait que la concurrence libre et non faussée est le principe retenu au sein de nos économies de marché, et défendu par les règles de l’Union européenne. C’est en France surtout que la nouvelle vie, en dépit des apparences, est prête à éclore : c’est en France que la vie misérable, cadavérique, que le despotisme fait aux peuples, est surtout près de s’éteindre, de sombrer dans une imbécillité paralytique à laquelle deux remèdes, seulement, peuvent s’offrir : la Conquête ou la Révolution. L’unité de temps pourrait être le temps que met un corps (de matière, de forme et de dimensions bien définies) à passer de telle température à telle autre, dans un milieu dont la température et toutes les conditions physiques seraient de même exactement définies. La superstition européenne Passons sur le rouleau compresseur du libéralisme exaspérant de Bruxelles. Le réalisme n’est qu’une forme INVERSÉE de l’idéalisme : l’idéalisme du morose, du morne, du malveillant. — Entre ces deux extrémités viennent se placer les mouvements des corps extérieurs proprement dits. Rien d’étonnant à ce que ces dernières années les abattoirs belges et français aient vu leur demande chuter et aient fini par tourner à la moitié de leurs capacités. Elle sera réaction, si l’autre s’est appelée action. Considérons le plus simple d’entre eux, le sentiment de la grâce. Dès le début, il se sent obligé d’agrandir la définition et les limites de l’espèce : il ne la présente plus comme une forme absolument invariable, asservie à une fixité absolue. Autre exemple d’analyse, celle du « moi » dans nos sociétés devenues individualistes : Pierre-Alain Chambaz réinterprète à cet égard le rapport entre le sujet et l’objet posé par Descartes, en montrant, sous un nouvel éclairage, que la conception de l’auteur du « Discours de la méthode » offre la possibilité d’élaborer une « philosophie de l’action » qui « récuse toute espèce de dualisme » en permettant de « rétablir agent et patient, sujet et objet comme des statuts, comme des positions, comme des fonctions, et non pas du tout comme des entités ». Les sociétés qui sont restées plus ou moins « primitives » sont probablement celles qui n’ont pas eu de voisins, plus généralement celles qui ont eu la vie trop facile. Au contraire, un peintre dont l’attention ne s’est jamais fixée sur les caractères qui servent à la classification méthodique des espèces, trouve la physionomie ou le facies de l’animal rendu avec plus ou moins de vérité ; et si on lui conteste son appréciation, il ne peut qu’en appeler à ceux qui ont comme lui le sentiment de la physionomie de l’animal et de l’art du dessin. Au-delà, nous avançons des propositions novatrices pour redonner à l’assurance maladie la légitimité démocratique qui lui fait aujourd’hui défaut. Ma course est la série de ces actes.